Enfance et Jeunesse

Publié le lundi 5 mars 2018

Le décret du 27 juin 2017 du Ministère de l’Education Nationale autorise les collectivités à déroger aux nouveaux rythmes scolaires en modifiant l’article D521.12 du Code de l’Education de la façon suivante : la référence aux 5 matinées d’enseignement par semaine est supprimée. Ainsi, la dérogation préexistante autorisant les collectivités à organiser la semaine scolaire sur 8 demi-journées, autorise désormais à revenir sur un enseignement sur 4 jours.
Le Conseil Municipal de la Ville de Langueux s’est donc réuni le mardi 30 janvier 2018 pour délibérer et s’est appuyé notamment sur les conclusions de la Conférence Nationale sur les rythmes scolaires qui préconisait « un étalement de la semaine sur au moins 9 demi-journées, dont, à l’école élémentaire, une demi-journée supplémentaire de 3 heures d’enseignement (le mercredi ou le samedi). »
Malgré l’interrogation des élus sur leur légitimité à se prononcer sur des temps « exclusivement » scolaires », et à la lecture des résultats de l’enquête lancée par la commune auprès des familles et des enseignants – qui n’ont pas dégagé une majorité affirmée, ni pour la semaine de 8 demi-journées ni pour la semaine de 9 demi-journées – les débats ont été argumentés, consensuels et n’ont porté que sur l’intérêt de l’enfant, au regard de 4 constats majeurs :
• L’étalement des temps d’apprentissage.
La France est, de loin, le pays où les élèves du primaire ont le moins de jours d’école : 162 jours par an contre 183 pour la moyenne européenne. Selon le dernier rapport annuel de l’OCDE, l’élève français assiste dans le même temps à un nombre d’heures à l’école astronomique : 864 heures contre 776 en moyenne.
• La réduction des inégalités.
L’aménagement du temps scolaire est un facteur décisif pour les élèves en difficulté. De plus, la semaine de 4 jours et demi peut mieux permettre l’accès aux activités culturelles et sportives à ceux qui n’en bénéficient habituellement pas.
• Le respect des rythmes chronobiologiques.
La fatigue des enfants dépend largement de l’alternance veille-sommeil et de sa régularité (et donc des pratiques concernant l’endormissement et l’usage régulé des écrans).
• L’égalité Hommes-Femmes.
La réforme des rythmes scolaires a permis en moins de 2 ans de réduire de 15 % le différentiel de temps de travail le mercredi entre hommes et femmes.
Pour la majorité des élus-es appelée à se prononcer (22/25 ) il est évident qu’au-delà du débat portant sur le seul temps scolaire entre une semaine de 4 jours ou de 9 demi-journées, l’objectif doit être celui de favoriser la réussite éducative de tous les élèves et enfants, et de prolonger les dynamiques engagées depuis 2013 sur notre commune pour améliorer notamment le Projet Éducatif Territorial (renouvelé à la demande de l’inspection académique en 2017 pour une durée de 3 ans).
Considérant que l’éducation, le rythme de l’enfant sont des éléments qui méritent une réflexion approfondie, le Conseil Municipal de Langueux souhaite – en partenariat avec l’Inspection académique, les enseignants, les parents d’élèves, les personnels – prendre le temps de réfléchir sur l’articulation des temps périscolaires/temps scolaires, et réaliser une véritable évaluation qualitative des quatre années de fonctionnement.
En conséquence le Conseil Municipal de Langueux a décidé de ne pas solliciter de dérogation à l’organisation de la semaine de classe dans les écoles.

Partager cette page sur :